Mes adresses

Bambou d’or, restaurant familial cambodgien

10 octobre 2019

Le Bambou d’or, niché dans une rue calme perpendiculaire à la célèbre avenue de Choisy, est un restaurant discret apprécié de la communauté cambodgienne. L’ambiance familiale ; les plats traditionnels khmers et l’accueil aux petits soins font de cette cantine de quartier une adresse à partager. 

bambou or paris 13

Initialement en chemin pour manger thaïlandais avec Anne Coppin, notre cantine étant fermée pour travaux, nous nous sommes rabattues au Bambou d’Or. Pourtant chaudement recommandé par une copine blogueuse sino-cambodgienne, j’étais passée devant ce resto maintes fois sans vraiment m’attarder sur le menu ni prêter attention à l’affluence du samedi. Toujours dans le désir de sortir des sentiers battus et de goûter une cuisine sincère, ce soir là avec Anne, nous avons enfin poussé la porte de ce restaurant cambodgien : le Bambou d’or.

Le goût du Cambodge 

Cela fait plus de 5 ans que M. et Mme Seng ont ouvert le Bambou d’or, dans la rue Philibert Lucot.  Faisant la part belle aux plats traditionnels cambodgiens comme le classique amok (poisson à la citronnelle et lait de coco cuit à la vapeur) ou l’insolite prahok ktiss (hâché de porc à la sauce de poisson), la carte propose également des plats vietnamiens « pour ne pas dérouter certains novices qui ont besoin de valeurs sûres ». Quoique l’on choisisse, des aubergines fumées, en passant par la célèbre samlor machou (une soupe savoureuse au tamarin), on retrouve le goût du Cambodge dans nos assiettes.

« Presque 40 ans que je vis dans le XIIIème et les restaurants khmers sont toujours aussi rares comparés aux cantines vietnamiennes. » M. Seng

M. Seng, sino-cambodgien, arrivé en France au tout début des années 80 a rencontré sa femme lorsqu’il est reparti au pays, il y a une dizaine d’années. « Ma femme, c’est une perle, un vrai cordon bleu comme vous dites ! » Mme Seng est originaire de Phnom Penh et « elle sait parfaitement nous plonger dans les saveurs parfumées que l’on peut trouver dans les gargotes de rues animées de la capitale. »

S’aventurer offre bien des surprises 

banh kotM. Seng me raconte « c’est dommage qu’il y ait si peu d’adresses cambodgiennes à Paris alors que la cuisine est équilibrée, raffinée et la diaspora en demande. » C’est une cuisine aux influences multiples – notamment indiennes et chinoises – riche et savoureuse et qui diffère sensiblement de ses « gros » voisins gastronomes le Vietnam et la Thaïlande.

« La cuisine cambodgienne mériterait un bon coup de projecteur » précise notre voisin de table.

Les menus à 11,90€ et 16,90€ donnent un petit tour d’horizon de la cuisine cambodgienne mais pour mieux saisir la diversité de cette cuisine et vous aventurez un peu plus, je vous invite à choisir les plats à la carte. Je vous conseille vivement les banh khot, sorte de demie-lunes croquantes de farine de riz au porc-crevettes-ciboule que l’on trempe dans une sauce addictive au lait de coco nuoc-mam, le lab de boeuf (salade de viande crue) et les cuisses de cailles croustillantes au basilic thaï. Pour un A/R Paris-Phom Penh à bon prix et retrouver les saveurs de là bas, goûtez aussi l’entrecôte toeuk brohok, superbement cuite avec son intrigante sauce de poisson fermentée ou le porc haché au kreughn, curry cambodgien à base de galanga rose et camphré, curcuma, feuilles de citron kaffir, piment, échalotes, ail et citronnelle : mon plat favori ! Côté desserts, la cheffe propose des flans khmers au caramel et sésame,  du riz gluant au durian ou des perles de tapioca à la banane.

Bon appétit !


Bambou d’or
9 rue Philibert Lucot, 75013 Paris
Métro : Maison Blanche (L 7)


J’aime ? La devanture dans son jus, l’ambiance familiale qui y règne, les gamins qui font leurs devoirs et jouent sur les tables à l’arrière et M.Seng, ce patron adorable.
Quand y aller  ? Tlj de 12h à 15h et de 19h à 22h30, fermé le mardi.


You Might Also Like

Pas de commentaire

Laisser un commentaire