Mes adresses

Bucovina

24 octobre 2019

Sarmale, mititei et mămăliga ne vous disent rien ? La cuisine roumaine est bien trop méconnue. Heureusement qu’Adriana et sa fille Dalina vous embarquent en Bucovine le temps d’un repas pour découvrir les saveurs de leur pays. Sur le boulevard de Picpus, une devanture discrète et un panneau « Tout simplement fait maison », vous êtes à Bucovina : l’un des rares restaurants roumains de Paris.

Un restaurant roumain familial

Pour mieux saisir ce qu’est la cuisine roumaine et apprécier pleinement cette trouvaille, j’ai convié à ma table Guillaume Leroux, du blog 716lavie : un gastronome en perpétuelle exploration qui attache beaucoup d’importance à l’accueil et aux expériences authentiques. Il est récemment parti en Roumanie et discute avec Adriana, la cheffe de Bucovina, fichu sur la tête et yeux pétillants. Dalina, la fille de la patronne, en profite pour servir une pălincă, une eau de vie à la prune qui est censée ouvrir l’appétit. « Noroc ! »

Une cuisine rustique et réconfortante

Enclave latine orthodoxe, la Roumanie est un carrefour aux influences multiples et cela se ressent dans la cuisine où l’on trouve des touches slaves, hongroises, allemandes et turques. Les plats, assaisonnés d’herbes aromatiques et épices locales, semblent à la fois familiers et différents, ce qui n’est pas pour nous déplaire. Terre nourricière aux paysages variés (plaines et forêts abondantes en gibiers, delta du Danube, montagnes…), la cuisine roumaine est carnéesimple, rustique et réconfortante. Le goût des aliments ressort bien et en Bucovine, au nord du pays – la région natale d’Adriana et Dalina – les plats y sont plus raffinés qu’ailleurs.

« On retrouve notre nature généreuse dans les plats que préparent ma mère ! Goutez aux papanași et vous comprendrez. »

Cela fait déjà 4 ans qu’Adriana – son diplôme de cuisine en poche – officie avec le plus grand soin, dans le respect de la tradition et des bons produits. Sa fille, Dalina, nous sert tout sourire des plats aux portions généreuses et prix raisonnables (menu midi E/P/D à 18€). S’il on souhaite goûter aux saveurs de la région bucovine, testez donc la ciorbă rădăuțeană, un bouillon de poulet (ce jour là, il n’était pas à la carte) ou le caviar d’haricots blancs. Guillaume se laisse tenter par la ciorbă de burta – un bouillon aux tripes – acide et vinaigré qu’Adriana conseille de manger avec de la crème fraîche et des petits piments. Pour ma part, j’opte pour le plat préféré de Dalina, les sarmale – des feuilles de chou saumurées, farcies au riz, viande de porc et boeuf, accompagnées de polenta.

« Ce plat me rappelle ma grand-mère et mon enfance. J’ai appris avec elle comment rouler les feuilles de chou pour qu’elles aient la bonne taille et se tiennent. Mon compagnon, français, en raffole. »

Les plats nous laissent peu de place pour goûter aux traditionnels beignets roumains, également de la région Bucovine, les papanași, au fromage frais, crème et confiture de myrtilles. Pour finir le repas en toute convivialité, Dalina et sa mère me font découvrir quelques vins roumains, notamment un vin blanc bio aux notes florales (Domeniul Bogdan) et la vișinată, de la liqueur de griottes.

Une jolie découverte qui a rappelé bien des souvenirs gustatifs à Guillaume de 716lavie et a aiguisé ma curiosité de sac à dos sur pattes.

Bucovina
50 boulevard de Picpus, 75012 Paris
Métro : Picpus

Prix ? A la carte, comptez 6€ pour les entrées et 15€ pour les plats, 3€ le verre de vin. Sinon, il y a une formule midi à 18€ : entrée (tarama ou caviar au choix) + mititei et frites maison + dessert (beignets).
Autre ? Des travaux de voiries et un aljeco en hauteur empêchent de voir que Bucovina existe. Soyez futés, contournez et poussez donc la porte, vous ne serez pas déçus, croyez-moi.
A boire ? Eau des Carpates, bières blondes roumaines et café malongo.

9 Commentaires

  • Reply Fabien 24 octobre 2019 at 08:44

    Bravo, superbe article, on a envie de venir goûter 🙂

    • Reply Chloé 24 octobre 2019 at 12:32

      Merci Fabien, je vous invite sincèrement à vous y rendre et à me dire si vous avez autant aimé que moi.

  • Reply Le bohec 25 octobre 2019 at 13:09

    C est cool

  • Reply Catalina 25 octobre 2019 at 16:46

    superbe article, merci pour la découverte je suis originaire de Bucovina en plus

    • Reply Chloé 25 octobre 2019 at 21:48

      Votre commentaire me ravie. Merci Catalina et bon appétit si vous y allez !

  • Reply Christian 25 octobre 2019 at 20:50

    la vișinată, de la liqueur de cerises, c’est faux c’est de la liqueur de griottes

    • Reply Chloé 25 octobre 2019 at 21:46

      Merci Christian, en effet, vous avez raison et j’ai rectifié.

  • Reply Irina 27 octobre 2019 at 17:58

    Felicitări ! Mult succes in tot ceea ce faceti , Dalina & Adriana !

  • Reply BECKER-HECHINGER 28 octobre 2019 at 23:23

    Merci pour l’article ! J’y retrouverai les saveurs des plats préparés par ma seconde « famille » roumaine. Felicitat.

  • Laisser un commentaire